En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

TEST Call of Duty Black Ops II : retour vers le futur explosif

Efficace et bien maîtrisé, ce nouveau Call of Duty répond parfaitement au cahier des charges de la licence, en frappant fort, en en mettant plein les yeux et en innovant un peu.

laisser un avis
Oublié ! Il est loin le temps où un Call of Duty estampillé Treyarch était toujours teinté de déception. Depuis l’imparfait mais fulgurant Black Ops et l’investissement massif du studio sur cette licence, ainsi que la débandade de Infinity Ward, Treyarch est le studio roi du FPS guerrier d’Activision. Et il le prouve avec cette suite, non seulement réussie mais également innovante… Enfin autant que peut l’être un Call of.

Histoire de…

Car, un Call of Duty, c’est surtout du spectacle et éventuellement un scénario. Une fois, encore, la crédibilité n’est pas le point fort de ce titre, mais le résultat n’est en définitive pas plus invraisemblable que bon nombre de nanards hollywoodiens. Au moins Treyarch offre des choix (tuer untel, le blesser seulement, etc.) à certains moments de son jeu, qui changeront le cours de l’histoire et induiront plusieurs fins.
Alors ne boudons pas notre plaisir, d’autant qu’on voyage, et dans le temps et dans l’espace et qu’on ne s’ennuie pas... On appréciera même le parallèle entre deux guerres froides, celle qui opposait USA et URSS et celle d’un futur proche, qui voit s’affronter USA et Chine, sur fond de bataille pour la domination des métaux rares. La guerre devenant chaude dès qu’un dénommé Ménendès, méchant du jeu, fait son apparition, motivé, pour ne pas dire hanté, par un passé qui implique les héros du premier Black Ops : Masson et Woods. On rejouera donc ce duo de choc, tout en suivant, en tant que Masson junior, le fils de, les confidences de Woods, désormais vieux et en fauteuil roulant.

On parlait de renouvellement

Malgré ce pont avec l’épisode précédent, la campagne solo de ce Black Ops – qui tient en haleine entre 6 et 7 heures – tente donc de renouveler la recette des CoD, mélange d’actions non stop, d’explosions et de scripts bêtes et méchants. Ainsi, on découvre, malgré l’omniprésence de scripts plutôt bien gérés, que l’on peut « explorer » un peu les alentours pour trouver des caisses de munitions ou d’armes complémentaires. Pas une révolution, juste un plus.
Le vrai changement prend la forme de missions « secondaires », baptisées Force d’assaut, mâtinées de tactiques d’escouades et de déploiement d’unités. Débloquées au fil du jeu, elles ne sont accessibles qu’un certain temps et ont une répercussion sur le final de l’histoire, sans avoir vraiment d’impact sur les missions elles-mêmes.
Les objectifs affichés sont simples : sécuriser un lieu, détruire un autre, tout cela à l’aide de fantassins, de drones et de mini-chars d’assauts robotisés.
Pour autant, outre une interface de déploiement qui n’est pas toujours des plus claires dans le feu de l’action, le vrai défaut de ces missions résident bien dans les troupes gérées par l’intelligence artificielle. Une fois qu’on leur a donné un objectif à prendre, on peut être certains qu’on les retrouvera baignant dans une marre de leur sang si on ne vient pas prendre les choses en main. On finit donc par jouer ses missions tactiques comme on joue celles de la campagne solo sans compter sur le soutien des « bots ».

AI and guns

Car, l’indigence des compagnons d’armes est au mieux risible au pire rageante. Se faire flanquer parce qu’un bot n’est pas capable de tuer un ennemi qui arrive de côté, c’est assez surprenant. Au moins pourrait-il annoncer l’arrivée du danger prétextant une arme enrayée ou une envie pressante, s’il n’est pas capable de presser une gâchette.
Et les gâchettes, il y en a pour tous les goûts, avec une variété d’armes importante et même des gadgets futuristes carrément bluffant, comme le fusil dont on charge le tir pour abattre un ennemi à travers un mur ou les ventouses qui collent à n’importe quelle paroi. Pour le reste, les écrans tactiles et interfaces futuristes de Black Ops II ne font que remplacer les télécommandes à interrupteur de Black Ops I.
Pour autant, pour qui a joué à Medal of Honor Warfighter et a été déçu par le comportement des armes, il est important de préciser que l’arsenal de ce Call of, à défaut d’être réaliste, donne en retour de vraies sensations, plutôt plaisantes. Vider un chargeur n’a jamais été aussi fun, même si la visée épaulée est toujours recommandée pour faire un carton rapidement.
Les forces spéciales, à pied et même à cheval...

Classique mais repensé

C’est donc avec plaisir qu’on les retrouve en multi. C’est assurément là le plus gros morceau de ce jeu. Il faudra du temps pour prendre ses marques et élire ses cartes préférées, même si Nuketown 2025 a le potentiel de séduction du déjà-vu et l’efficacité de son aînée. Certaines des maps rappellent les plus tendues rencontrées dans Modern Warfare 3, ce qui n’est pas mauvais signe. Et d’ailleurs Treyarch continue ce que Modern Warfare 3 avait entrepris, à savoir une ouverture vers le noob, le débutant.
Maintenant, les « assists », les actions de soutien en tout genre sont bien mieux récompensées en terme de points. Ce qui facilite les meilleurs classements quand on ne court pas après les kills dans une partie de capture du drapeau, par exemple.
Même chose, les drones et autres attaques lourdes prennent un peu plus de temps à être disponibles ce qui évite de davantage déséquilibrer une partie quand une avalanche de frags entraînait une victoire quasi certaine de l’équipe qui bénéficiait tout à coup d’un support aérien fort.
C’est du coup plus facile pour les novices et plus dur pour les acharnés. Bref, tout le monde devrait y trouver son plaisir.
Par ailleurs, la personnalisation des classes est désormais bien plus libre. Chaque classe bénéficie de 10 points, chaque arme, amélioration, atout, etc., compte pour un point. On peut ainsi se retrouver avec une arme principale bardée d'améliorations et pas d'arme secondaires, ou avoir deux armes principales. Bref, on peut adapter sa classe à sa façon de jouer ou même aux maps qu'on va affronter.
Personnalisation des classes
agrandir la photo

Privé de clan

Sauf qu’il y a, sur PC en tout cas, une grosse déception liée à la décision de Treyarch de contrôler totalement les serveurs, pour éviter les cheats et autres hacks désagréables – ce qui est plutôt une bonne chose. Il est donc impossible de retrouver ses petits favoris jalousement sélectionnés avec Black Ops ou de retrouver un serveur de clan qu’on appréciait particulièrement. On pourra créer des parties entre amis, mais cela paraît bien peu quand on a goûté à la liberté totale.
Alors on se passera les nerfs sur le mode zombie, vraiment consistant, même s’il ne revient finalement, malgré le mode TranZit et son bus, qu’à affronter, de préférence entre amis, une succession de vagues de zombies toujours plus nombreux et résistants.

Black Ops II démontre que Treyarch est désormais le studio de tête pour la licence Call of Duty. Plaisants et efficaces, ces différents modes de jeu assurent un spectacle et un divertissement de qualité, malgré quelques ralentissements incongrus en solo sur un PC plutôt solide. Bref, Black Ops II est fidèle à son aîné sans se différencier autant que lui de la trilogie Modern Warfare. Mais peut-on s’en plaindre  ? Non. Car on a vraiment l’impression d’en avoir pour son argent.

Call of Duty Black Ops II

agrandir la photo

Editeur : Activision
Développeur : Treyarch
Date de sortie : 13 novembre 2012
Plates-formes : PC, Xbox 360, PS3, Wii U (à venir)
Prix : A partir de 60 euros

Pour
- La durée honnête de la campagne solo
- Les armes
- L’introduction du choix dans un Call of Duty
- Le multijoueur, classique mais efficace

Contre

- Le… scénario ?
- La jouabilité des missions annexes
- L’IA bête comme ses pieds
- Quelques ralentissements
- Les serveurs

Note : 4/5

Configuration de test
Intel Core i7 930 2,8 GHz
6 Go Ram NVIDIA
GeForce GTX 570
Résolution : 1 920 x 1 080
Nombre de FPS moyen : 40, chute à 20 avec réglages au maximum. Fluide.
Windows 7 64 bits

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Un Norvégien de 14 ans sombre dans le coma après un marathon Call of Duty
TEST : Trials Frontier, le roi des roues arrière file plein gaz sur iPhone et iPad
NDS4iOS, un émulateur pour jouer aux jeux Nintendo DS sur iOS sans jailbreak
TEST Diablo III : Reaper of Souls, un retour aux Enfers un peu trop calme
Sélections Telecharger.com : les meilleurs logiciels de l'année
GTA V arriverait sur PC, PS4 et Xbox One en juin prochain
TEST : inFamous Second Son vous accorde les pleins pouvoirs et c’est grisant !
Hearthstone, le jeu de cartes gratuit de Blizzard, arrive très bientôt sur iPad
Prodigy, Skylanders-like français, ouvre sa campagne Kickstarter
En 2014, la PlayStation 4 se vend deux fois plus que la Xbox One
Planets3, le jeu de rôle français aux airs de Minecraft qui a besoin de vous
Pour John Carmack, Facebook a ce qu’il faut pour développer la réalité virtuelle
Watch Dogs : que feriez-vous avec une telle puissance ?
Titanfall, les tricheurs iront en Enfer… entre eux
Premier contact avec Prodigy, le jeu vidéo français à figurines qui voit grand
TEST : HearthStone, de Blizzard, attention ce Free-to-Play est hautement addictif
Assassin's Creed Unity : Ubisoft vous emmène à Paris pendant la Révolution
DirectX 12, Microsoft promet des jeux mieux optimisés sur PC, smartphone et Xbox One
Test : Titanfall séduit par sa nervosité et son fun malgré ses travers
Sony dévoile Projet Morpheus, son casque de réalité virtuelle pour PlayStation