En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Free fight : l'art martial... interdit en France !

En plein essor à l'étranger, le Mixed Martial Arts est illégal en France. Deux ans après l'interdiction du CSA de diffuser ce sport, les champions tricolores sont condamnés à l'exil et partagent leur passion sur Internet.

laisser un avis
Le Brésilien Wanderlei Silva, légende vivante du MMA, en pleine tentative de soumission sur le Japonais Fujita.
Mélange de tous les styles de combat, le Mixed Martial Arts (MMA, ou Free Fight) est pratiqué debout à distance (boxe, karaté, taekwondo), debout au corps à corps (judo, lutte) et au sol (jiu-jitsu brésilien, sambo). Les pratiquants sont à la recherche d'efficacité et d'objectivité par rapport à une situation la plus réelle possible.
La plus prestigieuse organisation de combats libres est le Pride Fighting Championship, au Japon. Là-bas, ces shows peuvent attirer plus de 70 000 spectateurs, l'événement est retransmis dans plus de quarante pays. Au mois de mars 2007, l'Ultimate Fighting Championship (UFC), l'autre grande fédération américaine par qui tout a commencé, en 1993, a racheté le Pride.
Les fans rêvent désormais d'une rencontre opposant les deux numéros un super lourds : le Russe Emelianenko Fedor, roi du Pride, quasiment invaincu depuis 2000, contre l'Américain Randy Couture, qui vient d'empocher une prime de 250 000 dollars, le 25 août 2007 à Las Vegas, en conservant son titre lors de la soixante-quatorzième édition de l'UFC.

Le Pride ou comment mettre KO un colosse

Pratique illégale en France

' Le MMA explose en Europe, comme en Angleterre avec le tournoi Cage Rage, observe le responsable du site français Ikusa. D'ailleurs, sur l'année 2007, et pour la première fois, les paris sportifs sur le MMA viennent de dépasser ceux sur la boxe. ' Déjà en 2006, l'UFC a totalisé un chiffre d'affaires global de 223 millions de dollars, des revenus supérieurs à ceux de la boxe et du catch !
En France, depuis le mois de janvier 2006 et la décision du Conseil supérieur de l'audiovisuel d'interdire la retransmission des matchs de MMA, ce sport peine à sortir de l'anonymat. Pour être diffusées, ces manifestations doivent être reconnues par une fédération. En attendant, les athlètes tricolores s'exilent et utilisent l'Internet pour se faire connaître, en diffusant des vidéos leur rendant hommage (les ' Highlights ').
' Paradoxalement, constate Mathieu Nicourt, premier Français victorieux en MMA en 1999 (à l'IFC XIII, International Fighting Championship). Plus ce sport a mauvaise presse et plus il a de succès auprès des jeunes. L'engouement ressemble un peu à celui pour le karaté, puis pour le full contact, lorsqu'ils sont arrivés en France. '

Immersion dans le quotidien de free fighters québécois

Vers une reconnaissance ?

' A ma connaissance, la France est le seul pays à ignorer autant le free fight, affirme Bertrand Amoussou, rédacteur en chef du magazine FightSport et unique Français à avoir remporté un combat au Pride. Le MMA est une discipline parmi les plus dignes des arts martiaux, poursuit l'ex-champion d'Europe de judo et triple champion du monde de jujitsu. Nous devons fédérer tous les athlètes et les formateurs compétents et mieux informer sur cette discipline, en créant ainsi un cercle vertueux autour de l'idée d'un MMA éducatif. '
Le combat libre existe pourtant depuis l'Antiquité, avec le pancrace, une forme de lutte grecque qui faisait partie des Jeux olympiques. D'ailleurs, à l'exception des frappes au sol, les deux disciplines sont identiques. En France, le pancrace est agréé par une double affiliation, à la Fédération française de lutte et à la Fédération française de full contact (FFFC).
Ce lundi 3 décembre, le ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports vient pour la première fois de prendre en compte le combat libre lors de la Commission consultative des arts martiaux. Un premier geste décisif ? ' L'objectif est de lancer la réflexion et de trouver un moyen d'encadrer cette discipline, affirme un conseiller du gouvernement. Nous souhaitons éviter la pratique sauvage en rattachant la discipline à la Fédération des arts martiaux, mais sous réserve d'un règlement précis, d'intégrité à la personne et de garanties sanitaires. '

Une réglementation qui se perfectionne

' Il y a un décalage entre ce qu'est véritablement le MMA et ce qu'en disent les médias, explique Cyrille Diabaté, ancien champion du monde de boxe thaï et de karaté, reconverti dans le free fight depuis 2003. La presse française n'a retenu de ce sport que son origine sensationnelle : le combat en cage pour bêtes sanguinaires. Or, depuis les années 1990, les règles ont considérablement évolué, mais l'image de gladiateurs nous colle à la peau. '
Historiquement, la cage a été introduite par l'UFC en 1993 afin d'éviter les sorties intempestives de la surface de combat, mais également parce que l'arbitre n'était pas en droit d'interrompre un match tant qu'aucun des deux participants n'était neutralisé par son adversaire, par KO ou par abandon.
De nos jours, les athlètes s'affrontent par catégorie de poids équivalent, les gants sont obligatoires, les matchs durent de trois à cinq rounds de cinq minutes (sur ring comme en cage), avec un arbitre omniprésent, près à intervenir en cas de coups jugés vicieux. Car seuls les coups permis dans les autres arts martiaux sont autorisés.
' Le MMA procure beaucoup d'adrénaline et les combats sont rudes, néanmoins, il y a un total respect entre les adversaires qui se saluent toujours ou se font une accolade à la fin du match ', témoigne Emmanuel Fernandez, double champion du monde de combat libre, en 2007 en FFFC et en 2004 en CWFC (Cage Warriors Fighting Championship).

Le MMA est-il le sport le plus violent ?

Au palmarès des sports qui provoquent le plus de traumas crâniens en 2006 (étude menée par l'American Association of Neurological Surgeons), le MMA ne figure pas dans les vingt premières places. Le cyclisme (65 319 traumatismes), le football américain (34 658), les sports mécaniques (28 585), et le basket-ball (25 788) arrivent en tête. En effet, le MMA est une compilation de plusieurs disciplines, dont la tête n'est pas la cible privilégiée. De plus, il faut savoir que les coups au sol sont moins appuyés et donc moins dangereux. ' A haut niveau, juge Cyrille Diabaté, la domination n'est pas physique mais tactique. La stratégie l'emporte presque toujours, c'est comme au jeu d'échecs, il s'agit de savoir imposer son plan et déjouer celui de son adversaire. '

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Coupe Davis : ça va être chaud !
Enfin du grand spectacle à Bercy ?
Où va le tennis féminin ?
Federer, presque à l'ordinaire
Benneteau, presque héros
Inacceptable Domenech !
Quand les gardiens brillent
Le sport français en plein renouveau
Les quatre à battre et pourquoi ?
Laurent Blanc au pied du mur
Les plus grosses bagarres dans le sport
L'année du PSG ?
Le résistant Mahut
A quand un Français en jaune sur les Champs-Elysées ?
Les grands retournements de situation dans le football
Coupe Davis : et si on la gagnait ?
100 mètres : un duel attendu
Les sommes folles de la Coupe du monde 2010
Lequel ne voulez-vous plus voir ?
Magic Black Stars