En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Combien de secondes pour un 100 mètres ?

En 2007, le 100 mètres se court en 9'74. Longtemps américain, le record a été battu par un Jamaïcain. En un peu moins d'un siècle, c'est plus d'une demi-seconde qui a été gagnée.

laisser un avis
Asafa Powell, un sprinteur au dessus de tout soupçon, pour linstant...
Asafa Powell court le 100 mètres en 9'74. Il fallait 7 dixièmes de plus à Charlie Paddock pour couvrir la même distance au début des années 20. Paddock, héros de la première guerre mondiale, fut d'ailleurs la première grande star du 100 mètres. Il remporte la médaille d'or aux JO d'Anvers en 1920, puis se retrouve favori aux JO de Paris en 1924. Il est alors battu, à la surprise générale, par Harold Abrahams, un anglais devenu célèbre 60 ans plus tard quand son histoire fut portée sur grand écran dans Les Chariots de feu. Avec un temps de 10'4, c'est néanmoins Paddock qui détient le record du monde.
Charlie Paddock en finale du 100 mètres aux JO d'Anvers (1920)

La notoriété de Paddock est toutefois éclipsée en 1936 par la performance de Jesse Owens. Cet athlète noir dans un sport ' encore très blanc ' remporte quatre médailles d'or aux JO de Berlin. Seul Carl Lewis fera aussi bien 48 ans plus tard. Owens profite de l'occasion pour abaisser le record du monde à 10'2
Jesse Owens aux JO de Berlin (1936)

Il faudra attendre Jim Hines et l'année 1968 pour qu'un coureur passe sous la barre des 10 secondes. Ce record est, dans un premier temps, controversé en raison d'un chronométrage manuel. Mais quelques mois plus tard, lors des JO de Mexico, le chronomètre électronique et le centième de seconde font leur apparition, confirmant ainsi le temps de Hines : 9'95.
9'95 - Jim Hines aux JO de Mexico (1968)

Le record de Hines tiendra ainsi pendant près de 15 ans, jusqu'à ce que Calvin Smith le batte en juillet 1983 en le portant à 9'93. Survient alors le scandale Ben Johnson qui pulvérise deux fois le record du monde : une première fois à Rome, au Championnat du monde (9'83) et une deuxième fois à Séoul, aux Jeux olympiques (9'79).
9'79 - Ben Johnson aux JO de Séoul (1988)

Invalidés pour dopage, les records du Canadien sont ignorés et c'est finalement Carl Lewis qui s'empare du record du monde avec le temps de sa 2e place aux JO de 1988 (9'92). Il est détrôné une première fois par Leroy Burrell en juin 1991 (9'90). Mais au Championnat du monde de Tokyo, Lewis reprend son bien en 9'86, à seulement trois centièmes du record de Johnson à Rome.
9'86 - Carl Lewis à Tokyo (1991)

Trois ans plus tard, Burrell améliore le record de son compatriote d'un petit centième.
9'85 - Leroy Burrell à Lausanne (1994)

Propriété exclusive des Etats-Unis depuis l'apparition du chronomètre électronique, le record du monde du 100 mètres va alors changer de nationalité avec le Canadien Donovan Bailey qui s'en empare aux JO d'Atlanta, en terre américaine, avec un temps de 9'84.
9'84 - Donovan Bailey aux JO d'Atlanta (1996)

Trois ans plus tard, Maurice Greene restitue son record à l'Amérique en devenant le premier homme à passer sous la barre des 9'80, réalisant un temps de 9'79, soit le même temps que celui de Ben Johnson ?" dopé ?" à Séoul.
9'79 - Maurice Greene à Athènes (1999)

C'est à partir de cette époque que les soupçons de dopage sur la discipline s'amplifient. Les contrôles positifs des meilleurs sprinteurs se succèdent. Les américains Tim Mongtomery (9'78 en 2002) et Justin Gatlin (9'77 en 2006) voient ainsi leurs records invalidés et leurs carrières suspendues. Asafa Powell, le 3e homme à avoir battu le record de Greene demeure, jusqu'à aujourd'hui, le seul sprinteur en activité à être descendu sous les 9'80 (9'77 en 2005), jusqu'à ce qu'il améliore le 9 septembre dernier son précédent record de trois centièmes.
9'74 - Asafa Powell à Rieti (2007)

L'ombre d'un doute plane sur ses performances exceptionnelles en 2006. Incapable de briller lors des grands événements, Powell n'a ni médaille d'or olympique ni titre de champion du monde, il voit aujourd'hui poindre l'arrivée d'un nouveau rival, l'américain Tyson Gay. Ce dernier, récent champion du monde 2007, a tellement progressé depuis un an que de forts soupçons de dopage pèsent sur lui. Sa meilleure performance, 9'84, le situe pourtant à un dixième de Powell !

Un physique de ' monstre ' ?

Les sprinteurs sont des ' monstres ' de laboratoire, dont les bras et la poitrine sont paradoxalement beaucoup plus développés que les cuisses. Ces proportions sont dictées par les lois de la biomécanique. Les scientifiques du sport ont en effet découvert, au début des années 1980, que le position optimale pour un sprinter au moment du départ était la plus en avant possible. Mais cette posture entraînait un important déséquilibre lors des premiers mètres de course, d'où la nécessité de renforcer la musculature du haut du corps pour aider l'athlète à se redresser plus vite.

Résultat ? Tous les grands spécialistes du 100 m ressemblent désormais à des culturistes survitaminés. Leurs muscles sont composés à plus de 80% de fibres à contractions rapides, contre 50% pour un non-sportif. ' Au niveau international, ils sont presque tous capables de monter des charges de 250 kg ' explique Christian Miller, Docteur en Sciences de la Vie et Maître de conférence à Paris XI. Chaque discipline exige désormais un entraînement spécifique pour sculpter des corps sur mesure. Les marathoniens doivent privilégier les fibres lentes pour supporter des efforts prolongés, et doivent réduire le taux de graisse dans le corps à 5% environ, contre 9% pour le commun des sportifs de haut niveau. On accentue au maximum les morphotypes naturels, au détriment de la polyvalence. Carl Lewis et Mark Spitz ne pourraient sans doute plus triompher dans plusieurs épreuves. C'est l'avénement des ' sportifs éprouvettes ', en natation comme en athlétisme.

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Coupe Davis : ça va être chaud !
Enfin du grand spectacle à Bercy ?
Où va le tennis féminin ?
Federer, presque à l'ordinaire
Benneteau, presque héros
Inacceptable Domenech !
Quand les gardiens brillent
Le sport français en plein renouveau
Les quatre à battre et pourquoi ?
Laurent Blanc au pied du mur
Les plus grosses bagarres dans le sport
L'année du PSG ?
Le résistant Mahut
A quand un Français en jaune sur les Champs-Elysées ?
Les grands retournements de situation dans le football
Coupe Davis : et si on la gagnait ?
100 mètres : un duel attendu
Les sommes folles de la Coupe du monde 2010
Lequel ne voulez-vous plus voir ?
Magic Black Stars