En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le kilomètre lancé en perte de vitesse ?

Spécialité la plus naturelle et l'une des plus anciennes du ski alpin, le ski de vitesse n'est ni une discipline olympique ni un sport professionnel et ne compte qu'un petit millier d'adeptes en France.

laisser un avis
Le kilomètre lancé fait partie des plus vieilles disciplines du ski. Pourtant, le kilomètre lancé (KL) ou ski de vitesse n'est jamais devenu un sport olympique. En démonstration lors des Jeux olympiques d'Albertville de 1992, il n'est depuis jamais réapparu lors des JO d'hiver. Au moins deux obstacles freinent sa prise d'élan.
Premièrement, les règlements de la Fédération internationale de ski (FIS) limitent la vitesse maximale des compétitions à 200 km/h. Or le ski de vitesse a franchi cette barrière depuis bientôt trente ans. Au-delà de 200 km/h, la FIS estime que la vitesse est trop risquée. Deuxièmement, le faible nombre de pistes, seulement 32 dans le monde, restreint considérablement sa pratique. Par ailleurs, rendre ce sport olympique limiterait fortement les bids (candidatures) olympiques. Seulement une dizaine de villes dans le monde possèdent une piste de KL et seraient en mesure d'accueillir les JO d'hiver.

L'idéal c'est un couloir d'avalanche

La piste de KL est, en effet, très particulière. Outre un important dénivellé sur une pente relativement forte, elle demande surtout un bon dégagement pour des raisons de sécurité. Pour Bernard Lirot, secrétaire de la commission de ski de vitesse en France, l'idéal c'est un couloir d'avalanche, une particularité géographique dont peu de sites disposent.
Passionné par cette spécialité, Bernard Lirot, dont le record personnel de 156 km/h date de 1984, estime à un petit millier le nombre de pratiquants annuels. Si la Fédération fait beaucoup pour la promotion de cette discipline en organisant une compétition pour les jeunes, son activité est limitée par le faible nombre de sites français. Outre les Arcs (Bourg-Saint-Maurice, 73) et Vars (05), on compte moins d'une demi-douzaine de domaines skiables possibles. Un constat d'autant plus regrettable que le KL ne demande aucune qualification particulière.

L'accélération d'une Formule 1

Nul besoin d'être un skieur émérite pour passer de 0 à 200 km/h en moins de 6 secondes. Après le parachutisme, le KL est le sport non motorisé où les vitesses atteintes sont les plus élevées. Pour cela, le niveau Deuxième étoile suffit ; c'est surtout le matériel qui permet d'aller plus vite. L'équipement idéal se compose d'une combinaison plastifée et étanche à l'air, d'un casque profilé, d'ailerons fixés aux mollets, de bâtons de 1 mètre maximum, de skis longs d'au moins 220 centimètres et plus larges que les modèles traditionnels. La position du corps est aussi essentielle.
Selon Stéphane Lacoste, président de l'Association de ski de vitesse, il faut adopter la même position qu'un schuss classique en plaçant les genoux carrément sous les coudes pour être le plus compact possible. Depuis avril 2006, le record du monde est détenu par un Italien, Simone Origone, avec 251,40 km/h, mais l'exploit le plus notable est sans doute celui de Michael Milton. Handicapé d'une jambe, l'Australien est parvenu, au mois d'avril dernier, à dépasser la vitesse de 213 km/h.

Le record du monde de Simone Origone




Le record de France de Philippe Billy




KL ou ski de vitesse ?

D'origine italienne, l'appellation de ' kilomètre lancé ' ou ' kilometro lanciato ' est aujourd'hui impropre. L'épreuve du KL ne se court pas, nécessairement, sur 1 kilomètre. Le chronomètrage s'effectue sur 100 mètres et on ne prend en compte que la vitesse maximale et non pas le temps donné pour parcourir 1 kilomètre. C'est pourquoi la France parle de ski de vitesse. Paradoxalement cependant, les adeptes du ski de vitesse sont des... KListes !

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Coupe Davis : ça va être chaud !
Enfin du grand spectacle à Bercy ?
Où va le tennis féminin ?
Federer, presque à l'ordinaire
Benneteau, presque héros
Inacceptable Domenech !
Quand les gardiens brillent
Le sport français en plein renouveau
Les quatre à battre et pourquoi ?
Laurent Blanc au pied du mur
Les plus grosses bagarres dans le sport
L'année du PSG ?
Le résistant Mahut
A quand un Français en jaune sur les Champs-Elysées ?
Les grands retournements de situation dans le football
Coupe Davis : et si on la gagnait ?
100 mètres : un duel attendu
Les sommes folles de la Coupe du monde 2010
Lequel ne voulez-vous plus voir ?
Magic Black Stars